Montigny en surchauffe ? Des solutions existent !

Le mois de juin qui vient de se terminer est le plus chaud jamais enregistré. Partout en France des records de chaleur ont été battus. Au vu de l’inaction de nos dirigeants actuels, qu’ils soient à la tête du pays, des différents échelons locaux ou des grandes entreprises, ces records deviendront monnaie courante les années à venir. 

Chacune et chacun a pu ressentir cette chaleur chez soi, mais nous ne sommes pas tous logés à la même enseigne selon l’isolation de notre habitation et selon le quartier où nous vivons. Nos villes en général, et Montigny en particulier, n’ont pas été conçues pour de telles chaleurs. Le manque de végétaux, l’artificialisation des sols et le bétonnage à outrance créent des ilots de chaleur. Localement dans les centres urbains, la température est plus élevée que dans les zones rurales ou forestières voisines. Par exemple, il a fait 35°C à l’ombre sur la place Georges Pompidou le 18 mai alors qu’il faisait 27°C allée des épines dans le quartier des Prés qui est très arboré. Ce phénomène est aujourd’hui bien connu, et, si la cause en est l’urbanisme, la solution sera aussi l’urbanisme ! Pour l’atténuer, il faut créer des ilots de fraicheur dans les villes. Cela passe par peindre les toits terrasses en couleurs claires, végétaliser, désartificialiser les sols, conserver les arbres existants.

Sachant cela, comment ne pas être dubitatifs devant les choix récents faits par la mairie ? Les derniers projets achevés, notamment la place devant la maison de quartier André Malraux est un parfait exemple de ce qu’il ne faut pas faire ! La mairie nous dit que la surface végétale a augmenté. Mais elle est insuffisante et aucun arbre n’a été planté sur le parking ! C’est le cas aussi de la place Arnaud Beltrame, très minérale, où déjà, lors de l’inauguration du Forum des arts fin mars, nous avions très chaud. Et que dire du parc du bateau pirate (juste à côté du Forum des arts) qui s’est vu amputé de toute une partie végétale et arborée pour en faire un parking ? Que penser lorsqu’en avril 2022, la quasi-totalité des élus de la majorité a voté pour une modification du PLUI, qui ouvre l’espace naturel du Bois Mouton (quartier du Pas du Lac) à l’urbanisation ? 

L’écologie et la prise en compte de l’urgence climatique ne peuvent plus s’arrêter à la publication de beaux rapports. Le gouvernement s’empare, enfin, mais timidement, du sujet en débloquant une enveloppe de 500 millions d’euros afin d’accompagner les villes dans la création d’ilots de fraîcheur. La majorité municipale va-t-elle saisir cette opportunité pour agir sur ce sujet d’une importance capitale pour la planète et pour le bien-être des Ignymontains, notamment les plus fragiles d’entre nous face aux fortes chaleurs ?

Laisser un commentaire