Question au conseil municipal du 27/09/2021 posée par François André

Monsieur le maire, 

Dans le cadre du renouvellement de la délégation de service public des marchés forains, le marché de la Sourderie n’est pas mentionné. 

Ce marché de proximité, même restreint, permet pourtant de faire travailler des forains locaux avec une clientèle fidèle. Sa disparition pourrait avoir un impact négatif sur les autres commerces et l’activité du bar. Confirmez-vous ce souhait de ne pas maintenir ce marché, l’avez-vous décidé après concertation avec les acteurs concernés et la population, et quelles sont vos perspectives pour l’aménagement et l’animation de cette place de l’ancien conservatoire qui regroupe commerces, bar, services publics et maison de quartier ?


Cliquer sur le titre pour afficher/masquer la réponse

Nota : Après la réponse de Jospeh Torbay, des échanges ont eu lieu. Nous n’avons pu retranscrire une partie des interventions de François André car la gestion du nouveau système de micro n’était pas encore très au point et de nombreuses interventions tout au long du conseil se sont faites micro fermé.

Jospeh Torbay :

“Merci monsieur le Maire.

Dans le cadre du renouvellement de la DSP Marchés forains, la ville a fait le choix de prioriser la redynamisation et le développement des marchés de la place Étienne Marcel. Notamment augmenter le nombre des commerçants forains, améliorer la qualité et diversifier l’offre, notamment alimentaire ; développer et animer un carré de convivialité. Toutefois la ville soutient tous les commerces de proximité et pas seulement ceux de la place Jacques Cœur.

Elle s’intéresse à la valorisation des petits centres commerciaux via différentes actions : terrasses en fête, visite de l’ensemble des commerces de la ville, réunion de chaque centre commercial quartier par quartier, on a fait à peu près 275 visites l’été dernier et deux réunions en présentiel et 6 en distanciel avec chaque groupe de commerçants.

On a écouté, monsieur le maire moi-même et les gens du service concerné, et les commerçants ont fait part de leur inquiétude, de leurs réflexions, de leurs demandes et nous avons dressé un compte-rendu de chaque réunion et on les suit régulièrement. Donc les contacts et les réunions avec les commerces de quartier sont notre pain quotidien. Soyez rassuré cher monsieur André.

Donc qu’est-ce qu’on peut dire ? La ville s’intéresse donc aux petits centres commerciaux via différentes actions et réfléchit au développement des places, notamment des food-trucks et autres commerces ambulants. Nous avons proposé à chaque centre commercial de proximité de travailler sur cette offre complémentaire qui bénéficiera par conséquence également à celui de la place Jacques Cœur.

Je vous remercie.”

François André : … (inaudible)

Le maire :

“Si, vous demandiez si nous abandonnions le marché de la place Jacques Cœur et il vous a été répondu et nous vous avons répondu monsieur Torbay vous a répondu que nous ne passerions pas par le délégataire de service public pour ce marché-là mais qu’au contraire nous avions vu avec tous les centres commerciaux de proximité pour pouvoir développer des petits marchés forains et des food-trucks là où les commerçants le souhaitaient et donc ça a été vu  avec le centre commercial de la place Jacques Cœur mais pas seulement avec celui-là, avec tous les centres commerciaux de proximité ce qui veut dire que demain il n’y aura pas que des forains sur la place Jacques Cœur il pourra y en avoir sur d’autres centres commerciaux de la ville et ça a été fait en concertation avec les commerçants.”

François André : … (inaudible)

Le maire :

“Non vous parliez du marché”

François André : … (inaudible)

Le maire :

“Pour le marché et l’animation de cette place. L’animation donc vous”

François André : … (inaudible)

Le maire :

“C’est pas l’animation, ça, c’est autre chose.”

François André : … (inaudible)

Le maire :

“Oui mais ça c’est une autre question monsieur André. Non, non non. C’est pas. C’est oui c’est pas la même chose. Oui c’était dans les questions mais votre question elle portait sur le marché, vous demandiez, ça n’est pas dans la délégation ça n’est pas dans ce qui va passer là ; qu’est-ce que vous allez faire ? Et donc là-dessus on vous a répondu on va non seulement proposer aux commerçants de la place Jacques Cœur de continuer d’avoir une activité de petit marché mais on a proposé aussi de travailler avec les commerçants des autres centres de proximité pour le faire. Et ça c’est la réponse à votre question. L’animation de la place ; en dehors du marché, y’a des animations qui sont proposées avec les maisons de quartier, y’en avait encore le week-end dernier, et puis sur la destination du conservatoire une fois que le conservatoire partira dans l’autre bâtiment ça ça fera l’objet d’une autre question et j’aurai plaisir de vous répondre si vous me posez une question là-dessus.”

Joseph Torbay:

“Peut-être monsieur André évoque ou vise l’aménagement futur dans 6 ou 10 ans. Mais actuellement l’animation et la dotation du marché c’est ce qu’on fait actuellement.”

Le maire :

“Je ne pensais pas que monsieur André allait si loin.”

Monsieur André : 

“Je ne sais pas si les habitants de la Sourderie et les commerçants du marché apprécient votre réponse.”

Le maire :

“J’ai pas très bien compris ça monsieur André, mais… Très bien. Merci à tous, très bonne fin de soirée.”

Notre analyse

Nous remarquons que le maire et son conseiller n’apportent pas de réelle réponse à notre question.

Depuis cette réponse pour le moins confuse, nous avons constaté  :

  • le 24 octobre, lors d’une visite au marché de la Sourderie, qu’à nos questions les marchands forains du dimanche matin ne semblent pas au courant de la volonté de la mairie de ne pas faire appel à la DSP pour ce marché,
  • que les commerçants sédentaires n’étaient pas plus informés,
  • le 26 octobre, dans l’ignymontain du mois de novembre, que le marché forain du dimanche matin est supprimé.

Selon M. Torbay, il y aurait eu des concertations avec les marchands forains et les commerçants sédentaires… Si les comptes rendus de ces rencontres existent, ils ne sont visiblement pas diffusés, ni aux forains, ni aux commerçants, ni même à l’ensemble du conseil municipal. Ce manque de transparence explique l’incompréhension de l’assemblée.

Nous sommes toujours effarés de constater à quel point la concertation est juste un mot vidé de tout son sens pour le maire et son équipe. Le Larousse défini la concertation de la façon suivante : « Pratique qui consiste à faire précéder une décision d’une consultation des parties concernées. »

Alors, pourquoi ne pas avoir invité les forains et les habitants (via les conseillers de quartiers) pour échanger et acter la suppression de  ce marché ?

Ce marché est, pour les habitants, non seulement un lieu qui leur permet de faire leurs courses localement,  mais aussi un lieu de vie et d’échange.

Ce marché c’est aussi le gagne pain des marchands forains. Et s’ils continuent d’y venir, c’est que le marché a trouvé son public contrairement à ce qui est annoncé dans l’ignymontain. Les marchands qui animent ce marché sont pour certains des ignymontains et pour les autres de habitants des villes voisines. Ce marché, c’est toute une économie locale !

Pour conclure, avec le déménagement du conservatoire vers le nouveau forum des arts Charles Aznavour au printemps prochain, il est difficile de ne pas voir dans cette suppression du marché les prémices d’un projet de réaménagement global de la place Jacques Cœur où le marché n’aurait plus sa place…

Sources

Facebook live du conseil municipal :

Pour aller plus loin

L’ignymontain de novembre 2021 annonce la suppression du marché du dimanche matin à la sourderie (page 5) : https://www.montigny78.fr/fileadmin/montigny/MEDIA/PDF/Journal/2021/Journal217_novembre2021.pdf

Cet article a 2 commentaires

Laisser un commentaire