Démocratie participative VS démocratie représentative

L’un des 3 piliers de AIMES Montigny est la démocratie participative, mise en pratique pour toutes nos actions. Elle pose comme principe fondateur l’association des différents acteurs en amont des projets, dès leur démarrage, pour les construire ensemble.

Pour l’équipe Montigny Ensemble la démocratie participative se limite à de la consultation, sans échange d’idées et sans que les acteurs puissent être force de proposition.
L’évolution des marchés forains en est un bel exemple : un sondage de 2018 auprès des habitants, une soi-disant consultation des commerçants sédentaires et le tour est joué. Alors qu’en 3 ans, les temps ont changé !

Pourquoi, lors du renouvellement du délégataire des marchés forains, ne pas avoir proposé un groupe de travail réunissant des habitants fréquentant les marchés, des habitants du quartier Saint Quentin et du quartier de la Sourderie, les représentants des commerçants sédentaires et des forains, les conseils de quartier, des élus et pourquoi pas des habitants tirés au sort ? Après un état des lieux, les membres de ce groupe auraient pu réfléchir ensemble aux marchés qu’ils souhaiteraient voir se développer, définir les plages horaires, les jours, les animations, etc. Ainsi, tous auraient appris à s’écouter, à comprendre le point de vue de chacun et ainsi établir ensemble les priorités. Le résultat de la démarche aurait peut-être été le même, mais il aurait alors certainement reçu l’adhésion de tous et le changement aurait été plus facilement acceptable. Certes cela nécessite de la patience, de la bienveillance et du temps mais cela permet aux habitants de se sentir impliqués dans les choix et décisions de leurs représentants politiques et croire à nouveau que leur vote est entendu.

Un autre exemple : les conseils de quartier, organes qui devraient être un lieu de démocratie participative, ne sont consultés que sur le type de food-truck ou commerces ambulants qu’ils aimeraient voir dans leur quartier et leur emplacement. Ainsi, la démocratie participative n’intervient que pour des sujets accessoires. Pour des projets structurants comme la refonte des marchés forains ou la rénovation de l’espace urbain comme la place André Malraux, le maire fait valoir son pouvoir de prise de décision, celui conféré par la démocratie représentative, quitte à se mettre une partie de la population à dos, voire mettre mal à l’aise des élus de sa propre majorité.
L’équipe Montigny Ensemble a-t-elle peur de se confronter à la force de l’intelligence collective ? 

La publication a un commentaire

Laisser un commentaire