Question au conseil municipal du 13/10/2021

Monsieur le maire,

Un habitant, constatant de nombreuses infractions aux règles de stationnement dans son quartier, a indiqué à un policier municipal en service qu’il était régulièrement témoin de faits de non respect du code de la route (stationnement sur des trottoirs, arrêt sur des zones matérialisées pour les cyclistes, stationnement en double file devant les écoles, etc…). L’agent lui a répondu qu’il était bien au courant de ces infractions mais que, s’il devait verbaliser toutes ces infractions, il ne ferait que cela. Le respect des cyclistes et des piétons constitue pour nous une première étape fondamentale dans le développement des mobilités douces. A contrario, le laxisme lié à ces infractions envoie le signal que la voiture reste maître en ville. Ainsi, pouvez vous nous indiquer si l’agent qui a répondu cela agit de sa propre initiative ou s’il applique des directives formulées par sa hiérarchie ?

Il serait intéressant de remettre la réponse donnée dans son contexte. L’agent, non identifié PM ou ASVP, interpellé par un résident sur une situation générale de non-respect des règles du code de la route, n’a pas été sollicité sur une infraction précise qu’il aurait refusé de prendre en considération. Les agents de la Police Municipale exercent leurs missions de surveillance dans le respect des consignes données.

La Police Municipale intervient régulièrement pour la verbalisation des infractions liées à la sécurité des personnes telles que trottoir ou piste cyclable ou liées à la commodité de stationnement des personnes à mobilité réduite. Pour mémoire, il y a eu 291 procès-verbaux en 2021 pour le stationnement sans droit sur un emplacement PMR, 139 procès-verbaux en 2021 pour le stationnement très gênant sur trottoirs et 137 procès-verbaux pour stationnement sur piste cyclable. Connaissant parfaitement le territoire, les agents font preuve du plus grand discernement quant au degré de gêne constaté sur les axes de circulation résidentiel ou le nombre de véhicules par foyer ne permet pas toujours de disposer d’un nombre suffisant de places de stationnement adaptées. Ces chiffres ne tiennent pas compte des actions de sensibilisation ou de dissuasion faites régulièrement auprès des usagers et riverains lorsque la situation l’exige. Ils accomplissent aussi les missions de surveillance des abords d’école pour le respect des règles du stationnement de façon aléatoire ou sur des situations dénoncées par les parents d’élèves ou responsables d’établissements. Ces surveillances sont fixées sur consignes et régulièrement précédées par une phase préventive.

Laisser un commentaire