Question au conseil municipal du 17/05/2021 posée par Caroline Scao

Monsieur le maire,

Le 12 avril dernier, nous avons organisé un débat ayant pour thème “Les femmes dans la ville“, qui a réuni une vingtaine de personnes en visioconférence. Lors des échanges, plusieurs sujets ont été abordés, comme l’aménagement des cours d’école et des espaces publics, l’insécurité ressentie par des femmes dans certains lieux. A cette occasion, nous avons constaté, que dans notre ville, il n’y avait que 3 % des rues qui portaient un nom de femme. Par ailleurs, dans les nouveaux espaces publics ou les rues récentes, aucun nom de femme n’a été choisi. Ainsi, la place des femmes dans notre ville, qu’il s’agisse d’usage ou de représentation, n’est pas à la hauteur de ce que l’on est en droit d’attendre au XXIème siècle. 

Dans la construction d’une ville égalitaire, comment votre politique urbaine va-t-elle prendre en compte les besoins des usages des femmes autant que ceux des hommes ?

Nous sommes bien conscients que ce sujet nécessite une réflexion approfondie et la mise en place d’un groupe de travail auquel nous sommes prêts à participer.

Réponse de Monsieur le maire

Lorsque j’ai lu votre question, ça m’a rappelé un souvenir d’il y a deux ans puisque à l’époque j’avais reçu une jeune femme qui fait partie de la liste Montigny Ensemble, Julie Clément, qui est en fin de liste et qui était venue me trouver parce qu’elle faisait une étude justement sur le regard des femmes sur la ville et particulièrement sur l’aspect sécurité. C’était « est-ce que je me sens à l’aise quand j’évolue dans tel ou tel quartier ? » et son travail portait sur l’hypercentre. Elle m’avait expliqué à cette époque là qu’elle voulait faire une balade urbaine avec un panel de femmes d’âges différents pour justement s’arrêter dans différents lieux et regarder ce qui pouvait être anxiogène ou rassurant et j’avais trouvé sa démarche vraiment intéressante. Je lui ai demandé s’il était possible de participer .

Nous avions fait cette balade urbaine sur le quartier Saint Quentin et nous avons pu identifier certaines choses qui, avec notre regard d’hommes ne nous sautaient pas vraiment aux yeux. C’était très très intéressant. De ce que Julie Clément nous avait montré et que j’avais trouvé vraiment pertinent dans ce travail de concertation […] et dans les demandes qui ont été faites auprès du cabinet qui a travaillé sur le sujet cette dimension-là a été intégrée […]. Il faut que dans l’aménagement d’un territoire on prenne en compte aussi désormais ça parce que c’était important et il faut pouvoir travailler avec cette notion-là c’est véritablement essentiel.

Après, sur les noms de rue, effectivement nous avons 3 % de noms de femmes ce qui est très peu […] je pense que nous n’avons pas tant que ça de noms d’hommes non plus sur la ville parce qu’à Montigny on a surtout des noms de rues avec des noms de lieux géographiques, de fleurs […]. Je suis d’accord avec vous sur le fait qu’à l’avenir si nous avions à baptiser à nouveau des équipements ou des rues, il faudra se poser cette question-là, je suis bien d’accord.

En synthèse

Monsieur le Maire se rappelle avoir fait il y a deux ans une balade urbaine dans l’hypercentre sur le thème « est-ce que je me sens à l’aise quand j’évolue dans le quartier ? », à laquelle participait un panel de femmes d’âges différents. Balade initiée par une de ses co-listières, Julie Clément. Cette balade l’a sensibilisé à la problématique et l’a poussé à l’intégrer dans le travail sur la rénovation de l’hypercentre.

Quid des autres quartiers de Montigny ?

Quels ont été les résultats de cette étude et quelles ont été les actions menées suite à cette étude ? Il serait également intéressant d’évaluer l’évolution de la place des femmes depuis cette étude et d’avoir un retour d’expérience de ce qui a ou non fonctionné.

En ce qui concerne les noms de rues, monsieur le Maire souligne que sur la commune ce sont des noms de lieux géographiques, de fleurs, etc qui dominent. Il n’a pas le décompte exact mais il se dit d’accord avec l’idée d’examiner la question s’il fallait nommer de nouveaux équipements ou de nouvelles rues.

Alors, pour aider à y voir plus clair, nous avons fait les observations et calculs suivants :

Des données complémentaires, sans commentaire…

Les noms de voies

Les voies (rues, avenues, boulevards, allées, places…) sont au nombre de 405 selon notre décompte.

Parmi cet ensemble, 167 portent le nom d’une personne ou d’un personnage dont 14 seulement est une femme ou un personnage féminin.

Ce qui donne par rapport aux 167 voies portant un nom de personne :

  • 8 % pour des noms de femme
  • 92% pour des noms d’hommes

Ou par rapport aux 405 voies (tous noms confondus):

  • 3 % pour des noms de femme
  • 38% pour des noms d’hommes

Les noms des établissements communaux

Parmi les 29 établissements communaux (écoles, groupes scolaires, maisons de quartier, salle de quartier) :

  • 20 noms d’hommes et 2 de femmes
  • Soit 7% de noms de femmes et 69% de noms d’hommes

Les derniers noms donnés

Parmi les noms les plus récents (rues, équipements) choisis par la municipalité, on peut citer :

  •  ex-avenue du Pas du Lac renommée Nicolas About
  •  rue Laurent Fignon (vélodrome)
  •  le futur forum des Arts : Charles Aznavour
  •  le parvis du forum des Arts : Arnaud Beltrame

Soit 0% de noms de femmes…

Pour écouter ou réécouter l’échange du conseil municipal

Source : facebook de la Mairie de Montigny

La réponse sera à retrouver également dans le procès verbal du conseil municipal.

La publication a un commentaire

Laisser un commentaire