Madame Bastoni a présenté les orientations officielles, dont les grandes lignes sont résumées ci-dessous (introduction du rapport écrit):

L’élaboration des grands équilibres du budget 2022 s’inscrit encore dans un contexte économique incertain et encore impacté par les effets de la crise sanitaire du COVID19. Pour autant, la reprise d’activités longtemps à l’arrêt (secteurs culturel et évènementiel notamment), l’avancée de la vaccination de la population, la mise en place du pass sanitaire, contribuent à se projeter sur une reprise d’activité « normale » des services de la ville.

Le budget 2022 se construit avec des contraintes importantes sur la section de fonctionnement :

  • Incertitude sur les niveaux de recettes tarifaires à prévoir, liée aux fermetures d’équipements, à l’arrêt d’activités ou à la tenue en capacité réduite d’activités de la ville, et un questionnement sur le retour des usagers,
  • Contour du nouveau pacte financier entre les villes membres et l’intercommunalité de SQY en cours de définition, avec prise en compte des difficultés financières de l’intercommunalité notamment sur la section de fonctionnement,
  • Contribution mobilité à Ile de France Mobilité et à la Région Ile de France,
  • Evolution de la contribution de la Ville au Fonds de Péréquation Intercommunal et Communal
  • Revalorisation du SMIC et des salaires pour les agents de la catégorie C au 1 er octobre 2021,
  • Hausse du prix de l’électricité et du gaz
  • Hausse du coût des matières premières

Le budget 2022 s’élabore en prévoyant les crédits pour la poursuite des projets du mandat en amplifiant la démarche de transition écologique.

C’est la transversalité de la transition écologique qui en fait un outil pour nous permettre de réduire notre impact environnemental, d’adapter notre territoire aux évolutions climatiques tout en continuant d’apporter des services de qualité aux Ignymontains et de préserver le cadre de vie de notre commune.

Pour ce faire, notre ville doit être adaptative, innovante et résiliente. Il existe de nombreuses manières d’intégrer la transition écologique dans les projets et les actions, les services le font d’ores et déjà via les priorités qui leurs sont fixés, tant dans l’exercice des compétences communales que dans le fonctionnement des services communaux, via les achats et les travaux par exemple.

C’est dans ce cadre que pour le budget 2022, nous souhaitons continuer d’appuyer le maximum d’initiatives, tant dans le cadre du fonctionnement que de l’investissement.

  • Les travaux de rénovation thermique du bâti communal déjà initiés depuis plusieurs années
  • Le plan de transformation du parc des véhicules communal (réduction des émissions de gaz à effet de serre et de polluants atmosphériques des services)
  • La préservation du patrimoine arboré et son renouvellement par des essences mieux adaptées, en tenant compte de leur valeur environnementale (fraicheur, biodiversité et captage de CO2)
  • Le développement d’espaces ombragés dans les cours d’écoles et dans les espaces publics par la plantation d’arbres pour atténuer les impacts des évolutions climatiques

Ces actions ne peuvent suffire, il est important de pouvoir sensibiliser et donner la possibilité aux Ignymontains de pouvoir être acteur de la transition écologique. C’est pourquoi, la sensibilisation des plus jeunes par le Pôle Sciences sera soutenue, tout comme la traduction technique de la volonté politique de notre mandat de développer le vélo sur la commune. L’action de la Ville continuera de s’inscrire avec nos partenaires naturels, la Région Ile de France pour le travail sur le RER V avec un premier objectif pour les Jeux Olympiques Paralympiques 2024, SQY pour le maillage Agglomération / ville, et cette année, en collaboration avec des étudiants de l’UVSQ pour l’amélioration du réseau des voies cyclables de la Ville.

Les services sont également acteurs au quotidien de cette transformation dans l’évolution de leur « façon de faire », comme par exemple la réduction des impressions.

La transition infuse les actions et les projets de la ville, et donc le budget de celle-ci. Des indicateurs seront par la suite intégrés au suivi de l’évolution de ces actions, et permettra de pouvoir extraire les dépenses mises en place dans ce cadre dans le futur.

Le budget prévisionnel 2022 verra également le lancement d’opérations d’envergure de la nouvelle programmation pluriannuelle des investissements (PPI) avec notamment les projets :

  • sur le site de Coubertin :
    • Rénovation des équipements sportifs extérieurs (piste d’athlétisme, terrain de foot, création d’une aire de fit park)
    • Rénovation extérieure et intérieure du gymnase Coubertin
  • Sur le site de Ladoumègue, agrandissement du dojo
  • Sur le site de la Couldre, la création d’un city stade
  • Sur le site de la Ferme du Manet, la réfection de l’espace Saint Cyran

sont également prévus :

  • Le renouvellement des petits jeux dans les cours d’école et dans les espaces publics (pour information, 197 structures de jeux sont implantées sur la ville)
  • L’entretien du patrimoine culturel de la ville (travaux de remise en état de la Maison Félix)

La réaction commentée des élus de AIMES

Après les élections municipales de 2020, la majorité élue a insisté, y compris pendant sa compagne, sur son engagement sans faille sur les sujets de l’environnement et de la transition. Compte-tenu des objectifs qui ont été définis au niveau de l’Europe et de la France, nous sommes dans une mandature particulière, où tous les élus des collectivités territoriales vont devoir s’impliquer pour faire des économies d’énergie et prendre le chemin de la neutralité carbone. Même si cela est encore difficile à concrétiser pour nombre de nos concitoyens, il nous faudra être plus vigilants dans nos modes de vie, nos activités, notre vision de l’urbanisme, nos façons de produire et de consommer. Il faut les y aider.

Un comité consultatif citoyen aurait pu être mis en place à cette occasion, pour impliquer la population et partager l’information sur les conséquences du changement climatique. Mais la majorité a préféré travailler seule et recruter une personne chargée de mettre en œuvre leur vision. Nous en avons pris acte, en espérant qu’elle ait pu participer à l’élaboration de ce deuxième budget.  

À la lecture du document d’orientations budgétaires (DOB) de 2021, nous pensons que les impulsions proposées vont dans le bon sens. D’ailleurs nous avions soutenu par notre vote le débat d’orientation budgétaire de 2020. Nous soutenons à nouveau celui de cette année, le deuxième de la mandature, avec l’espoir de voir au prochain budget une vraie concrétisation de ces intentions

Les bémols :

Les orientation présentées manquent d’objectifs chiffrés. Nous aimerions identifier les crédits affectés à la transition, et les chiffrages associés en terme de réduction de l’empreinte carbone.

Par ailleurs, les actes de la majorité ne suivent pas les paroles. Par exemple, le DOB évoque la création d’espaces ombragés dans la ville et les cours d’école mais les créations récentes, comme la place André Malraux et celle du forum des arts, ne présentent pas suffisamment d’espaces de pleine terre pour participer à la diminution des îlots de chaleur.

Le DOB ne présente pas de feuille de route à long terme, au moins jusqu’à la fin de ce mandat. Les mesures budgétaires doivent être plus fortes pour la transition, car jusqu’à présent ce sont des petits pas qui ont été proposés. Or le temps passe. Cela fait déjà un an et demi que ce conseil est installé. Peu de choses ont été concrétisées à notre sens, et parfois contre-productives pour le climat. Nous espérons un véritable infléchissement, et surtout un fléchage sincère dans le budget indiquant les sommes et les projets de transition. Par exemple, dans le budget consacré à la rénovation du gymnase Coubertin, quelle somme sera réellement consacrée à la rénovation énergétique et celle dédiée à la rénovation des espaces intérieurs ?

La présentation du budget 2022 au prochain conseil nous éclairera. En particulier, nous attendons avec impatience la PPI (Programmation Pluriannuelle des Investissements) qui indique tous les projets d’envergure de la mandature.

En ce qui concerne la sensibilisation des ignymontains et le fait de leur donner la possibilité de pouvoir être acteur de la transition écologique, nous suggérons la création de commissions pour interroger nos citoyens, ou de soirée débats. La salle Jacques Brel se prête tout à fait à ce genre d’évènements.

Nos élus soulèvent également l’incohérence entre l’intention affichée de réduire les émissions de carbone et la digitalisation poussée à l’extrême dans l’hypercentre avec la pause de panneaux publicitaires numériques. Le maire rétorque que cela ne consomme pas tant que ça et c’est très utile, notamment en période de pandémie, pour communiquer des informations aux citoyens. Mais cela reste pour nous une consommation d’énergie et de matériaux superflue alors que nous devons tous faire des économies.

Nous suggérons aussi de viser comme d’autres communes un territoire à énergie positive ; par exemple, lors de la rénovation de Coubertin il pourrait être intéressant d’utiliser l’importante surface de toits pour implanter des panneaux solaires. Mme Bastoni répond qu’une étude structurelle est à faire pour vérifier la faisabilité, “des questionnements que l’on a à chaque rénovation de bâtiment”. Cet étude nécessaire et la manière de la présenter nous font douter de la volonté réelle de la mairie de produire de l’énergie.

Pour finir, un point négatif pour nous : l’augmentation des tarifs municipaux de 1,5% suivant l’inflation. Cette augmentation nous paraît injustifiée, voire indue, eu égard aux excédents que nous dégageons chaque année dans l’exercice budgétaire. Le maire renvoie aux incertitudes sur l’avenir et aux choix de ne pas augmenter les impôts locaux pour justifier cette augmentation… Il se vante de ne pas toucher aux impôts mais augmente les tarifs municipaux, ce qui, pour les familles (75% des ménages ignymontains selon l’Insee) revient au même. Parions que cette augmentation des tarifs permettra d’augmenter encore un peu plus le « bas de laine » de la commune.

La publication a un commentaire

Laisser un commentaire